Sentiers / Découverte

Vaux-sur-Mer est un endroit conçu autant pour les piétons que pour les cyclistes ! La ville a créé pour ses habitants et pour ses touristes, des sentiers piétonniers ainsi que des pistes cyclables.

Ville de promenades

De nombreux aménagements ont été réalisés par la Ville afin de permettre à tous de profiter de notre cadre de vie. On y trouve notamment le chemin des douaniers, lieu privilégié des promeneurs. Le sentier dominant les plages, les falaises et les criques, serpente sur plus de deux kilomètres et longe le parc naturel de l’estuaire de la gironde qui bénéficie d’une protection spéciale en tant qu’écosystème marin. Tout au long de ce sentier, on y retrouve les pins maritimes et les chênes verts (espèce méditerranéenne qui s’est naturellement implanté sur les côtes charentaises).

Ville cyclable, des moyens de transport doux

La ville de Vaux-sur-Mer, engagée dans la préservation de son cadre de vie, souhaite promouvoir des modes de déplacement doux. Des pistes cyclables ont ainsi été créées pour permettre aux cyclistes de les emprunter en toute sécurité. D’abord, celle allant de Pontaillac à St Palais où l’on peut découvrir l’élément emblématique des côtes charentaises : les cabanes à carrelet, montées sur pilotis et utilisées pour la pêche aux crevettes. Ensuite, celle partant de la zone commerciale du Val Lumière et qui conduit aux différentes plages de la commune. Vaux-sur-Mer est aussi une étape de la Vélodyssée, cet itinéraire permet de longer toute la côte Atlantique à une échelle européenne.

Un peu d’histoire…

La surveillance des mers contre les incursions des Vikings, aux IXe et Xe siècles, entraîne la construction de forteresses sur les hauteurs, confiées à des hommes d’armes qui accaparent la fonction et la rendent héréditaire. Ainsi naissent les seigneuries de Châtelaillon, Rochefort, Soubise, Mornac, Didonne, Mortagne, Oléron, où l’on voit s’élever les premiers châteaux forts, ainsi que le château comtal de Broue. Au fil du temps, cette surveillance et cette défense des côtes sont assurées par les populations côtières réquisitionnées en cas de conflit. Celles-ci sont également tenues de partager avec le seigneur les biens récupérés sur les navires échoués. Une enquête de 1551, relative à la création d’un port à Royan, souligne les attaques des ennemis du Royaume, en temps de guerre – Anglais, Espagnols, Portugais – les incursions des brigands et des écumeurs, en temps de paix, et en permanence, les dangers des tempêtes, la violence du vent et l’invasion des sables, autant de risques justifiant la surveillance des côtes.

Localisation

Partager cette page sur :