LES TRAVAUX

La commune de Vaux-sur-Mer, maître d’ouvrage, a décidé, sous la direction de la DRAC et de Denis Dodeman, Architecte en Chef des Monuments Historiques d’engager des travaux de restauration globale de l’édifice.

Ces travaux ont débuté en mars 2018 et sont prévus en trois tranches :

  • Mars 2018 à décembre 2018 : restauration extérieure du chœur, de l’abside et de la chapelle Sud (sacristie)
  • Année 2019 : restauration extérieure du clocher et du transept, assainissement et accessibilité PMR
  • Année 2020 : restauration et mise en valeur intérieure

Le programme des travaux de restauration concerne :

  • Stabilité des maçonneries par la reprise des poussées des voûtes au moyen de tirants forés.
  • Toiture : réduction des infiltrations.
  • Assainissement : reprise du drainage extérieur, tranchées ventilées intérieures, rejointoiement.
  • Mise aux normes électrique, chauffage, traitement acoustique.
  • Accessibilité PMR.

1/ Stabilité des maçonneries

Les transformations du 20ème siècle n’ont pas eu qu’une incidence esthétique. L’apparition de fissures dans les enduits modernes a été constatée sur les voûtes et les murs de l’abside, ainsi que sur le transept et dans la chapelle.

La fissuration importante du beffroi du clocher et la dislocation de la charpente ont également été notées, malgré la réalisation d’un plancher en béton armé formant un chaînage horizontal. L’examen de la toiture de l’abside a mis en évidence la réalisation d’une forme en ciment sur laquelle est directement posée la couverture en tuiles creuses.
Cet ouvrage apporte une charge supplémentaire sur la partie centrale des voûtes du choeur, tandis que le contrebutement autrefois assuré par la salle haute de la chapelle Sud a été supprimé. Afin de stabiliser les maçonneries, les poussées des voûtes seront reprises au moyen de tirants forés. Une pince horizontale dans l’épaisseur des murs du chevet empêchera la voûte en cul de four de s’ouvrir et une pince verticale au niveau de l’arc doubleau de l’abside dans la forme ciment reprendra la plus grande partie des poussées au déversement.

Le beffroi sera également repris sur ses quatre faces avec la même technique. Cette déformation n’étant pas due à la poussée de la charpente, mais causée par la poussée des arcs de la croisée et des berceaux des croisillons, insuffisamment contrebutés côté Ouest.

 

 

 

2/ Toiture : réduction des infiltrations

Les couvertures de l’église sont en mauvais état : casses, développement de mousses et encombrement des courants, etc. Le faible débord des rives ne convient pas à cet édifice dont les sculptures de l’élévation du chevet sont insuffisamment protégées. Le ruissellement sur les autres parties est également trop important, tandis que les parties traitées en arrachement sont fortement dégradées. Il en résulte des infiltrations importantes, principalement localisées dans les parties hautes.
De profondes entailles ayant été réalisées dans les façades du clocher pour engravées les tuiles, il ne faut pas remonter le niveau des toits. La solution proposée est de poser les rives d’égout en tuiles creuses sur une ligne de lauses calcaires. Cette ligne très fine apportera un débord de toit et aura tendance à dissimuler les tuiles en pieds de façade. Il a été constaté que les tuiles sont callées directement sur la forme en ciment. Il est ainsi suggéré de réaliser une étanchéité sous toiture, de ventiler la sous-face des tuiles et d’attacher les tuiles de couvrant afin d’assurer une plus grande pérennité aux couvertures difficiles d’accès pour l’entretien.
L’existence de gargouilles atteste l’occurrence de chéneaux en bas de pente d’une toiture d’origine très probablement en lauses sur charpente. Le chéneau existant côté Ouest de la tourelle d’escalier ayant démontré son efficacité, il sera répété côté Est, sujet à d’importantes infiltrations.

 

 

 

3/ Assainissement : reprise du drainage extérieur, tranchées ventilées intérieures, rejointoiement

D’autres pathologies ont été provoquées par l’emploi de chaux hydraulique pour la restauration des joints et des enduits, plus un déficit d’aspect. Une très légère fissuration des piliers a été découverte.
Le décollement des enduits est un autre effet de ces remontées capillaires. Un programme de travaux d’assainissement est donc prévu : reprise du drainage extérieur, réalisation de tranchées ventilées intérieures à la base des murs, dégarnissage des joints intérieurs de la chapelle et réfection des joints à la chaux aérienne.

 

 

 

 

4/ Mise aux normes électrique, chauffage, traitement acoustique

La nécessaire mise aux normes de l’installation électrique est une opportunité pour revoir l’éclairage intérieur ainsi que le chauffage, actuellement assuré par un lustre radiant au gaz. Le chauffage sera assuré par le mobilier d’assise à basse température, l’objet étant d’assurer le confort des personnes et non d’élever la température intérieure de l’église, cause de condensation sur les vitraux. Des cassettes radiantes seront intégrées à l’assise de bancs de pour l’assistance.

L’éclairage existant à incandescence sera remplacé par des sources leds ton chaud adaptés aux besoins de l’utilisateur. La création d’une lustrerie contemporaine en suspension sera ajoutée afin d’habiter symboliquement le haut volume de l’église.

L’acoustique interne du sanctuaire est pénalisante. La création d’un plafond en lame de bois et mousse absorbante sous la dalle béton du clocher participera à l’amélioration de l’acoustique.

 

5/ Accessibilité PMR

Il est nécessaire de réaliser l’accessibilité de l’église et donc de profiler un cheminement piéton à faible pente en pied de façade, tout en revisitant les matériaux de revêtement. Les pavés autobloquant existants seront remplacés par de la pierre, sous forme de dallage, de pavés et de granulats calcaires. La réfection de l’aménagement des abords intégrera un traitement plus qualitatif rendant lisible l’emplacement des absides et des murs de la nef.

Les seuils des portes Ouest et Nord seront reposés au niveau du nouvel aménagement. Les menuiseries seront également adaptées au nouveau seuil avec notamment la création d’une imposte vitrée au-dessus du portail Ouest

Localisation

Partager cette page sur :